29/06/2009

SOMMEIL REVANCHARD D'UN COCU

she was hot1

 

 

 

 

 

 

 

Quand je me hors-la-l'ouate
En moutarde amorale,
Quand mon ampoule 20 watts
Devient feu de bengale,
 
Qu'en mes steppes à loupures

Un loup se dém(e)utisme...
Cantates au vide-ordures,
En ogre à barbarismes...
 
J'allume sous leurs faux airs
Candides un bal de nymphes,
Je bitume en faussaire
Un Renoir de fleurs goinfres...
 
Me be-bop-a-lu-lâche
La bride en étalong
Candélabre à la page
X des "Onze mille croupions"
 
Que je plume en peloton
D'exécution coquine...
Au plumard cornichon,
Je les guillotétine
 
Pour des chapeaux-mamelons

Sur les sans circonflexe
"I" du zIzI tout con,
Quand sonne l'heure des cornflakes.

 

cornesdecocu  Edouard
7zi1yf4ma-1aaaa

12:44 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

23/06/2009

Lady exclusive

Col chic dans les préludes

Tu dandyfies mes sens,

A deux mains tu dénudes

Ma pudeur sans défense.

Tu friponnes dentelles

Aux soirées cols montés ;

Exhiber jarretelles

Aux précieux survoltés.

 

En Lady Godiva

Sur monture fière,

Je parade pour toi

Sans apparat austère,

Pour exciter les Lords

Qui n’en reviennent pas,

Pour ameuter la horde

Des obscurs prélats.

 

Oyez mes beaux Seigneurs !

Et matez bien mes courbes

Offertes avec candeur

A tous vos regards fourbes,

Car ce sera bien tout

Ce que vous obtiendrez

De moi, libre avant tout

De choisir mon Aimé.

 

De prévaloir sa trique,

Préférence exclusive

Pour jeux poérotiques

Et caresses émissives.

Bien loin de vos venins

Nous nous lovons en prose,

Notre amour baladin

S’épanouit purple rose…

 

Golden Lady

decoration

18:01 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

20/06/2009

MUSIC OFF

aaaaaaaaaaaaaaaaazzz

 

 

 

 

 

Je passe un siècle au téléphone,
Un siècle encore et j'abandonne,
A te dire : aime moi mignonne
Comme on s'aimait avant l'automne
 
Quand pour toi j'étais le soleil
D'un week-end au ciel au ciel si bas,
Alice au pays des merveilles
Hallucinait moins que toi.
 
Mille et un rayons de passion
Pour nos réveils en fanfare,
Venaient embraser ton croupion,
Jamais il n'était trop tard
 
Pour te défioncer, petite chatte,
De mon pilier de plumard;
Ah te revoir à quatre pattes,
Et puis suer jusqu'au soir !

J’avoue que tu savais y faire

Pour m’exfolier vers l’euphorie

Pour pimenter mon atmosphère

Me rendre accro au pilori

 

Champion d’épreuve au pilonnage

Lors de nos joutes frénétiques

Je côtoyais le voisinage

De la jouissance boulimique

 

Nous rimions en cœurs reliés,

Parfaite osmose pour extraire

Des friandises insoupçonnées

De nos Qi complémentaires

 

A l’épreuve du temps qui piétine

J’ai transgressé notre équilibre

Sur tapis roulant qui patine

Pardonne mes écarts délires


Mais tu me prends pour un débile
Qui sans amour toujours sème;
Oh lunatique indélébile,
Moi au cornet, toi la crème
 
Glace à la vanille
Ou framboise ou bien pistache;
Est-ce une folie
Si le fruit juteux s'attache?
 
Trêve de ponctuations
Il me vient une vision
 
Un jour tu fléchiras sans doute
A la croisée de nos déroutes
Après quelques saisons d'oubli
Nomade et morte d'ennui
 
Aux confins de ton désert
Sexuel je serai la poire
Qui à nouveau te désaltère
Avant d'aller se faire voir...
Ce jour-là je te rappellerai

Fidèle au poste j’attendrai

Car sois-en persuadé Darling

Toi seul as su faire vibrer

Mon cœur et mon cul en standing

 

Reprenons nos vagabondages

Là où la fée les a stoppés

Il serait folie d’être sage

Rejouons nouvelle épopée.

 

Oublions les coups de canifs

Qui dé-câblaient nos addictions

Les jours en mode accusatif

Qui dénaturaient la passion.

 

Nous changerons la poire en pomme

D’amour qui jamais ne pourrit ,

Glacés au sucre bubblegum 

Caramélisant l’infini

 

382px-Flux_28nude_telephone_call-2oou
 
Edouard & Golden Lady

 

 

11:39 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

16/06/2009

VOEUX D'ALCOVE

5yyyyyyyyy-1ooooooozzz

 

Regarde mais ne touche pas :

Vois comme ça me met en joie

D’exciter tant de convoitise,

D’afficher tant de vantardise.

 

Alanguie, à demi-assise

Sur la couche sans entremise,

Ma main relève le tissu

Pour dévoiler mes attributs.

 

Tu me contemples à contre-jour ;

A te voir bander je savoure

L’ascension de nos désirs,

A distance pour mieux ressentir.

 

Je fais disparaître mon slip,

Je te dévoile ma tulipe

Déjà humide de rosée,

Déjà vibrante et disposée.

 

Par ta chatte entrebaîllée,
Univers de chambre noire,
J'entrevois des voeux lactés,
Des voluptés de bougeoir...
 
Voeux de cierges à consumer,
Cieux de verges à brûler vif
Par le bon bout du QG,
Quêteur Glandu, cône à kif.
 
Mon Saint-Graal ce sont tes râles,
Hétéro-clit'  goupillé
Comme un grenat magistral,
Clé de foutre escarbouclée.

 

Que de délices en abondance

Quand tu m’imposes la cadence,

Tes mots ardents en stimulus

M’écarter encore un peu plus.

 

Un doigt à ma bouche enfiévrée

Au lieu de ton pieu reluqué,

L’autre qui épanche un liquide

De mon minou doux et torride.

 

Tu proposes une volte-face

Tu voudrais voir mon cul loquace

A quémander son ascension,

Accélérer tes pulsations.

 

Mes caresses sont explicites,

Mes creux réclament habile bite

Pour apaiser ma chatte en flamme,

Prendre ma croupe qui se pâme.


 

Je veux bien me scarifier
Le membre en tes moiteurs tro-
picales, et trop piqué 
Dans ma croco libido,
 
Te croquer la mignonnette
A lèvres de communion,
A fièvre d'allez bandons
Dans l'abandon de soies fluettes...
 
Etre un velouté reptile
Qui s'insinue en ton con-
fort intérieur, baise en vil
Croque-au-ciel blanc d'ablutions
.

 

Touche mais ne regarde pas,

Sens comme je vais jouir de toi…

Pulsions infinies, explosion

Quand nos âmes fusionneront…

 

edouard-1pppppppuuuu

 

Edouard & Golden Lady

 

11:00 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

13/06/2009

EROMYSTIQUE

annonciation1

 

 

 

 

 

J'aimerais de ma langue experte

L'hagiographie réviser

De son buste aux deux roses offertes

En boutons par les monts sacrés...

 

Puis me perdre dans le buisson

De Vénus en un sacrement

D'extrême et profuse onction,

Gâter sa perle en la goûtant...

 

Pénétrer mon sceptre en béton

Dans la voie de tous les mystères,

Bâton de pèlerin qui fond

En sanglots crème sous ses prières...

 

Enfin me retirer modeste

En une païenne génuflexion;

L'implorer par tous les démons

Pour forcer la serrure en reste!

 

avulcanaEdouard

 

 

14:23 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

11/06/2009

L'Abbaye


A  l’Abbaye Que-de-Morues
Pas l’auberge du cul tourné
Plutôt celle des plaisirs crus
Ca va sans dire on la connaît.
 
Point de nonne ni de curé,
Ils ont désertés le diocèse,
Il reste ma sœur Azalée
Qui n’a rien d’une religieuse.
 
En compagnie d’autres donzelles
Elle se consacre à distribuer
Bon nombre de plaisirs charnels
Aux mâles qui s’font pas prier.
 
Sonnent les vêpres elle se retire
Mais c’est pour allumer un cierge,
S’écartèle et pas en martyre
S’fait bouffer l’hostie sacrilège !
 
Son novice en adoration
Part en croisade du saint Graal,
Tente toutes les positions
Et culmine dans le chenal.
 
Sa semence en pleine figure
Pour elle c’est de l’eau bénite,
Sans plus de gêne elle conjure
Dieu de sa moue de carmélite.
 
Elle a l’âme de missionnaire
N’évoque pas sa démission ;
Elle ne cédera pas sa chaire
Non, pas avant l’extrême-onction ...
Golden Lady

sexy_nun_boobs_tits[1]


19:51 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

09/06/2009

Confessions

decoration

Par tous les seins et queues de l’enfer, ton libertinage parfois m’exaspère… Mythe ou réalité, je veux séance tenante détails appropriés, il est temps de confesser tes pensées interdites, tes fantasmes de fourre bite… Et n’ai crainte de mes chastes oreilles, elles sont toutes en éveil, pour des aveux sans mièvrerie de tes extases aux paradis…

 

J'avoue penchants
De troglodyte
Pour trous béants
Et antres à bites.
 
J'ouvre chaque matin
Une armoire à glace
Championne du patin
Pour glisseur de glace
 
Elle me promet
De fondre pour moi
Quand j'intromets
Trêve de blablas
 
Peu m'importe
Qu'elle soit balèze
Maigre ou forte
Pourvu qu'elle baise
 
Le soir une friande
Astrologue de mes deux
S'envoie dans la grande
Ourse avec ma queue
 
Elle joue aux étoiles
Du sexe olympique
Ses trous noirs exhalent
Une aise angélique
 
Elle veut que j'empalle
En seigneur phallique
Sa chatte est au poil
Jamais je n'abdique
 
Parfois dragueur
De triste mine
J'embaume les coeurs
Avec ma pine
 
Je leur fais voir
A tours de rôle
Mon gros braquemart
C'est vachement drôle
 
Elles se régalent
Et s'illuminent
Quand je déballe
ma rose praline
 
Pierre qui roule
Des mécaniques
N'est pas si cool
Avec sa trique
 
C'est un vieux pote
Au poteau morne
Car sa cocotte
le coiffe de cornes
 
Je m'envoie cette mante
Religieuse incrédule
Face aux performantes
Raideurs du majuscule
 
Elle me soupçonne
Repue patraque
D'user de tonnes
D'aphrodisiaques
 
Un jour béni viendra
Où la plus jolie mante
D'envies Pétillante
Et bouffe-queue sans malice
M'accordera l'agrément
D'enfiler en amant
L'anneau du sacrifice

 

Et bien vas donc épingler tes mantes tant escomptées… et si tu cherches d’autres anneaux, que celui que je t’ai offert, tu reviendras bien assez vite, car le mien est sur orbite. Abreuve-toi à leur mirage le temps d’un pèlerinage, collectionne perles en toc à la hussard, ternes coquilles allume-cigare… Je t’attendrai le cul en marge,  sans déborder, sans emballage… Blasé tu reprendras le chemin, de mes espaces saturniens,  je te réserve bien des supplices, je deviendrai dominatrice, pour t’ébaudir d’infinis plaisirs et à jamais te retenir.


Edouard et Golden Lady

 none

 

19:43 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |